Accéder au contenu principal

Les garanties d’origine en Espagne

En Espagne, comme en France, les propriétaires d’installation de production d’électricité à partir de sources renouvelables peuvent émettre pour chaque MWh produit une garantie d’origine (GO). Cette garantie est un certificat électronique qui est ensuite transféré contre paiement à un fournisseur d’électricité.

La demande de garantie d’origine est en forte hausse. Comment ce marché évolue-t-il dans les deux pays ?

En France, les fournisseurs d’électricité verte ne sont pour la plupart que des revendeurs. Ils peuvent soit acheter leur électricité sur le marché de gros et acheter sur un autre marché –français ou européen – les GO correspondantes, soit acheter à un même producteur son électricité et ses GO. La demande d’électricité verte est en forte hausse mais le marché n’est pas saturé. Selon l’AIB (Association of issuing bodies), organisme qui fédère toutes les entités en charge des GO dans les états membres, en 2017, seulement 50% des GO émises auraient été utilisées par les fournisseurs. La réglementation évolue cependant pour s’adapter à une demande croissante. En effet, jusqu’à l’année dernière, en France, les GO provenaient principalement des centrales hydrauliques déjà anciennes. Les installations récentes, bénéficiant d’un mécanisme de soutien, ne pouvaient pas en émettre. C’est désormais possible, les GO sont mises aux enchères, au bénéfice de l’état cependant, sur des marchés privés. Les marchés évoluent également. On peut évoquer ici la très récente intégration de Powernext (organisme français en charge de la gestion des GO) au sein de la bourse européenne de l’énergie (EEX), ce qui devrait permettre une meilleure liquidité des GO françaises au niveau européen.

L’Espagne, de son côté, a été l’un des premiers pays à mettre en place un système de garantie d’origine. Elle n’a cependant intégré l’AIB (organisme – cité plus haut – qui facilite les échanges de GO au niveau européen) qu’en 2016. Les marchés des GO sont des marchés privés et il n’existe pas de données publiques. Tous les acteurs du secteur évoquent cependant une tendance à la hausse des prix de vente, surtout depuis l’intégration dans l’AIB, qui permet l’exportation d’une partie des certificats et leur vente à des tarifs beaucoup plus élevés à des pays comme la Norvège. Il faut savoir que comme en France, les installations bénéficiant d’aide publique peuvent émettre des GO mais ne peuvent en tirer des bénéfices économiques. L’arrivée sur le marché de capacité renouvelable non subventionnée (environ 9000MW) devrait donc faire évoluer les prix.

Il est également intéressant de voir que certains acteurs du secteur aussi bien français qu’espagnols évoquent une possible disparation du système des GO dans son ensemble avec la maturation de la technologie Blockchain, qui permettrait d’accéder à une information précise et communiquée en temps réel (d’heure en heure) sur l’origine des MWh.

Et voici quelques repères de vocabulaire :


- GdO, garantías de origen: garanties d’origine;

- acreditaciones: certificats;

- expedición: émission – la CNMC, Comisión Nacional de los Mercados y la Competencia, est, en Espagne, l’organisme en charge d’émettre les GO aux producteurs qui en font la demande – ;

- redención por venta: annulation de la garantie – lorsqu’elle est vendue, on dit que la garantie d’origine est annulée – ;

- caducidad: expiration – si elle n’est pas vendue dans les 12 mois suivant son émission, la garantie expire –.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La production décentralisée : l’autoconsommation fortement encouragée en Espagne

Longtemps fortement taxée, l’ autoconsommation est aujourd’hui en plein boom en Espagne. Un nouveau cadre réglementaire qui favorise la production locale est en place depuis fin 2018. Individuelle, collective, partielle ou totale : toutes les modalités sont possibles. L’énergie autoconsommée n’est plus taxée. Le surplus d’énergie peut être injecté sur le réseau. Dans le cas d’installations de grande taille, la revente du surplus se fait aux mêmes conditions que les autres installations de production. Dans le cas d’installations de petite taille, l’autoproducteur peut bénéficier d’un dispositif de facture par compensation (assimilable à du net billing ). La nouvelle réglementation définit la notion de production de proximité, associée au droit à l'autoconsommation partagée, afin de profiter des économies d'échelle. La simplicité technique et administrative encourage l’émergence de nombreux projets.

Les services de réserve fréquence et l'intégration des EnR dans les marchés d'équilibrage

L’Espagne est le premier pays européen à permettre aux EnR la prestation de services de réserve fréquence. Quels sont les dispositifs qui ont permis d’intégrer ces énergies intermittentes aux marchés d'équilibrage du réseau?

ENGIE et AKUO parmi les 26 lauréats du 1er appel d’offres sous le nouveau régime tarifaire espagnol. Le prix moyen des offres s’établit à 24,47 €/MWh.

L’Espagne a présenté en novembre dernier un nouveau cadre tarifaire et un calendrier d’appels d’offres pour le développement de la filière EnR. L’Espagne qui vise un système électrique 100 % renouvelable à l’horizon 2050 prévoit d’augmenter de 60 GW la capacité de son parc sur les 10 prochaines années. Deux Français, Engie et AKUO, font partie des lauréats de l'appel d'offres lancé en décembre avec 5 projets photovoltaïques retenus, qui représentent respectivement 85 MW et 81,2 MW à installer avant 2023 pour un prix moyen de 25 €/MWh.